Calendrier

Avril 2018
L Ma Me J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30
Mai 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31

Visites du site

mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Le 23 avril 2018

Actualités | Hopital Mont-de-Marsan | Societe | Emploi

mardi, 12 septembre 2017 12:00 Écrit par 

Contre la casse du Code du travail et de la CCN 51 !

Notre secteur médico-social et sanitaire subit la logique de casse du service public et d’austérité relayée par le patronat associatif à travers la FEHAP.
Le personnel de nos établissements subit depuis des années les non-remplacements, l’embauche de personnel non qualifié et mal rémunéré, des
suppressions de postes…

La CCN 51, dont les garanties sont remises en cause par la FEHAP (avenant faisant suite à la recommandation patronale de 2012) reste un socle de
droits pour les salarié.e.s qu’il nous faut défendre et faire évoluer positivement, notamment à travers les revendications portées dans la convention collective de
haut niveau proposée par la CGT pour notre secteur.

Dans la CCN51, la question des salaires est centrale, le gel des salaires imposé depuis presque 20 ans rend les rémunérations obsolètes avec 5 indices et
42 métiers en dessous du SMIC, des rémunérations incohérentes au regard de la qualification des métiers et de leur valorisation.

L’avenant 2017-02 du 15 mars 2017 que la CGT n’a pas signé ne règle rien. Au contraire, il empire la situation des salarié.e.s en introduisant une
inégalité entre les Aides Médico-Psychologiques/Accompagnant.e.s Educatif.ve.s. et Social.e.s d’une part et les Aides Soignant.e.s d’autre part, avec une
revalorisation bien insuffisante pour ces dernier.e.s. Il ne valorise pratiquement que les cadres et introduit une augmentation de la valeur du point
ridicule de 0,022 € après tant d’années de gel.

En 2017, les établissements touchent le Crédit Impôt Taxe sur Salaire qui représente 4 % de la masse salariale, créant ainsi des marges
de manoeuvre financières que la FEHAP prétend ne jamais avoir. Ces 4 % doivent revenir aux salarié.e.s !

Le renvoi aux accords d’entreprise de nos droits conventionnels avec la nouvelle loi Travail de Macron serait catastrophique !

 

 

Nos rendez-vous

Aucun événement

Les 3 dernières infos

Les derniers tracts