Calendrier

Septembre 2018
L Ma Me J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Octobre 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31

Visites du site

mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Le 20 septembre 2018

Actualités | Hopital Mont-de-Marsan | Societe | Emploi

Ca bouge dans les EHPAD

La CGT ne veut pas être complice de cette maltraitance institutionnelle et demande l’arrêt de la réforme de la nouvelle tarification des EHPAD (qui ne permet plus de tenir compte de la spécificité de chaque établissement),
des moyens nécessaires (un personnel pour un résident) pour assurer une prise en soins digne des résidents, le respect des personnels et de leurs droits ainsi qu’une réelle politique de lutte contre la précarité dans les EHPAD.

 

Laura, infirmière en EHPAD :

« Le manque de temps est un véritable problème.
Même en étant organisée, en étant la plus rapide possible, c’est impossible de consacrer du temps aux résidents, et les soins en sont bâclés,
au détriment du bien-être, voire de l’hygiène des résidents ».


 

 

 

 

 

 

Claire, Aide-soignante en EHPAD :

« La hiérarchie ne se rend pas toujours compte de la charge de travail.
Je dois faire 17 toilettes en une matinée : impossible de faire des toilettes complètes ou des mises aux WC entre deux ! ».

Anthony, aide-soignant :

« Une personne ayant des difficultés pour se déplacer, nous allons la mettre en fauteuil car nous n’avons pas le temps de l’accompagner dans tous ses déplacements. Une personne ayant des difficultés à aller aux toilettes, nous allons lui mettre une protection car nous n’avons pas le temps de l’accompagner aux WC. »

 

 

 

 

Sonia, infirmière :

« Je suis seule pour 40 résidents et le plus souvent

les traitements de 8h  sont donnés à 11h.

Je ne vous explique pas les conséquences sur la santé des résidents !

Je fais comme je peux et il m’arrive de passer 8h au travail sans aller aux toilettes ! »

 

 

 

Mardi  30 Janvier - EHPAD de Capbreton

Personnels, résidents, et vous familles même combat
Des moyens humains pour prendre en charge nos ainés dans la dignité !

RDV à partir de 14h devant l’EHPAD de Capbreton (publique et territoriale)
Et dans toutes les unités de soins : port de brassards « soutien aux collègues des EHPAD »
Et débrayage de 30 min à 1h devant  chaque établissement.

 

A Mont-de-Marsan

De 9h30 à 11h au marché de Mont de Marsan : Information à la population
Après-midi : compte rendu de la journée aux collègues des EHPAD montoises.
Et dans toutes les unités de soins, possibilité de port de brassards « soutien aux collègues des EHPAD ».
Des moyens humains pour prendre en charge nos ainés dans la dignité !

 

 

La CGT appelle à un rassemblement  du
personnel hospitalier,
le mardi 29 novembre à partir de 9h devant l'administration, site de Layné.


En effet, le directeur attaque le protocole local des 35h en annonçant la suppression de 2 RTT en 2017.
Les représentants du personnel, ayant voté contre à l’unanimité au CTE du 09 novembre 2016,
sont convoqués à nouveau le 29 novembre 2016 à 9h.
hopital de mont de marsan et baisse des effectifs - rtt

La CGT avait déposé un préavis de grève le 16 novembre.
Il  a permis d’organiser 2 réunions de négociations qui n’ont abouti à rien,
puisqu’en fait le directeur a refusé de négocier sur les points majeurs.
C’est pour cela que la CGT ne siègera pas le 29 novembre et qu’elle a déposé un nouveau préavis de grève.

En effet, Ces nouvelles règles imposent aux agents hospitaliers de faire le même travail en moins de temps.
Ce sera pire en 2018 puisqu’il est annoncé la suppression de 3 RTT.

Cela veut donc dire pour les personnels encore plus d’heures supplémentaires au détriment de la vie privée.

A cela s’est ajouté en 2016, la  suppression du férié local  dit « Fête de la Madeleine ».
 
Au final, alors que les plannings sont déjà difficiles à supporter à cause du manque d’effectifs et des rappels fréquents sur les repos, les personnels vont accumuler encore plus de fatigue.

Imaginez que pour la majorité d’entre nous, nous ne pouvons même pas choisir nos jours de RTT ;
ils sont la plupart du temps imposés, ce qui encore une fois pénalise l'organisation de notre vie privée.
Cette dernière est d’ailleurs largement amputée par les heures supplémentaires que nous effectuons avec dévouement.

Sachez que la direction de l'hôpital de Mont de Marsan est redevable à ses agents de
128 000 heures (heures supplémentaires, compte épargne temps et RTT non pris).
Ce qui correspond à environ 80 emplois sur l'année.

En guise de reconnaissance, la direction refuse de maintenir un nombre décent de RTT, refuse de payer les heures supplémentaires,
refuse de reconnaître certains accidents et maladies professionnelles liés à l’épuisement professionnel des agents…….

La CGT estime que les usagers sont en droit de connaître la réalité du travail à l’hôpital.
La CGT  les invite donc à rejoindre le rassemblement le 29 novembre afin de demander des moyens pour un hôpital public de qualité.

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2014 : estocade sur notre système de protection solidaire.

Ce 16 octobre, la CGT est allée à la rencontre des salariés pour sensibiliser sur les enjeux qui se décident sans nous. Cela s'est traduit par une distribution de tracts devant les selfs de Layné et de Ste Anne. C'est une question qui fédère car sauf quelques rares récalcitrants à toute action syndicale, l'accueil a été chaleureux car chacun mesure que notre système est mis à mal. En effet, aujourd'hui on peut réaffirmer que dans notre pays il vaut mieux être riche et bien portant que pauvre et malade. La privatisation fait son œuvre de destruction massive.

La CGT de l'hôpital est allée soutenir les salariés de la CPAM qui sont particulièrement menacés par les mesures d'économie qui vont réduire encore un peu plus les possibilités d'accompagnement des assurés et isoler un peu plus les plus fragiles. Très belle réussite de cette action, une soixantaine de personnes distribuaient des informations aux personnes se présentant à la CPAM.

C'est toute la CGT dans les Landes qui a multiplié les initiatives de ce type. Dans le même temps une délégation a été reçue avec la FSU par les attachés parlementaires des députés landais et par le Cabinet du préfet.

La CGT s'est dit en droit de demander des comptes sur la politique gouvernementale qui n'est absolument pas en accord avec les engagements du candidat du PS qui avaient conduit la CGT à se positionner pour le second tour des élections. Le gouvernement vole sur le dos  pour ne pas se prendre la misère en pleine poire. Mieux vaut se tourner vers le ciel de monsieur GATTAZ, la gamelle est meilleure !

Car que sont devenues les promesses notamment sur la suppression de la T2A qui plombe l'hôpital public et la grande réforme fiscale qui ferait contribuer un peu plus les hauts revenus ? Évaporées… En revanche, que de stigmatisations des malades qui coûtent trop cher, des chômeurs tricheurs, des familles trop nombreuses, des fonctionnaires pléthoriques. Les chiffres sont pourtant têtus...



Par exemple, à l'hôpital de Mont de Marsan, début septembre, la dette salariale représentait 50 postes de soignants.
Prétendre que l'on peut encore faire des économies sur les hospitalisations publiques est impossible à qualité et sécurité constante.



Le manque de moyen devient tellement important que forcément les cliniques qui choisissent leurs malades bien portants ont la voie du profit en "open bar".

Mais soyons clairs, la grande majorité de la population devra faire des choix en matière de santé. La classe moyenne n'est pas épargnée. Dans le même temps les mutuelles vont flamber jusqu'à ne plus pouvoir suivre car le pouvoir d'achat ne permettra pas de consacrer plus à la santé. C'est alors que les mutuelles d'assurance à but lucratif auront le terrain libre pour choisir les profils d'adhérents rentables et laisseront à la collectivité de s'occuper des exclus d'un système de santé qui devient SOLITAIRE.

Le ver de la privatisation a attaqué le SOLIDAIRE. Il est grand temps de se rappeler ce que le CNR et son artisan Ambroise CROISAT en 1946, a mis en place et qui a tellement bien fonctionné que le monde entier nous envie. Aujourd’hui, les conditions sont encore bien meilleures pour que cela marche encore mieux. Les gains de productivité sont énormes. Ce système est donc viable éternellement si on ne le livre pas aux appétits capitalistes.

Le concept « Que chacun cotise selon ses moyens et reçoive selon ses besoins » peut vivre. C'est pour cela que la CGT toute entière est engagée dans une grande bataille : la reconquête de la sécurité sociale.

Du 4 Juillet au 22 Août 2014

EDITION SPECIALE ETE

Suite à une lettre anonyme d'un menaçant de se suicider sur son lieu de travail (mars 2013),
et après un an de négociation avec la Direction,
l'expertise a enfin démarré à l'initiative de la CGT !

Expertise a enfin démarré à l'initiative de la CGT !




 

Elle est pilotée par les représentants du personnel au CHSCT et le cabinet d'expertise INDI­GO.
Nous avons besoin de faire un état des lieux de la souffrance au travail, que nous dénon­çons sans cesse dans les Instances (CHSCT, CTE),
afin de dégager ensuite un plan d'action.

Tous les professionnels sont concernés et il est important de remplir ce questionnaire.

Ce questionnaire est anonyme, puisque c'est le cabinet d'expertise qui en est destinataire.

Le but est d'atteindre plus de 50% de réponses.

Une note d'information est parue sur intranet et a été jointe au bulletin de salaire.

Vos représentants CGT se tiennent à votre disposition tout l’été pour répondre à vos questions.
N’hésitez pas à nous contacter !

Le 4 décembre auront lieu les élections professionnelles.

Voter pour représentants CGT, c'est choisir de faire avancer vos revendications nationalement : lutte contre la précarité, titularisation des contractuels, augmentation des salaires et meilleure protection sociale.
Ces élections sont un moment important pour faire vivre la démocratie représentative.
Le 4 décembre, vous élirez vos collègues qui siégeront dans les instances représentatives du personnel.

Nous sommes des professionnels de terrain et nous connaissons les réelles difficultés des services.

Du 4 juillet au 22 août, renseignez le questionnaire sur les risques psychosociaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De l'ASH au cadre soignant, de l'administratif à l'ouvrier, quelque soit sa fonction,

nous représentons et continuerons à représenter toutes les catégories sans exception.
Pour continuer notre mission, nous avons besoin de vous pour améliorer les conditions de travail devenues trop difficiles, préserver la qualité du service public hospitalier dans notre établissement.

 

 

Vendredi 4 juillet.

Le Questionnaire pour identifier les situations à risque psycho-organisationnelles au CH de Mont de Marsan est en ligne sur le site internet de l'Hôpital (Questionnaire).

Vous avez jusqu'au 22 août pour le renseigner.

A la question code UF taper 0000

Nous vous rappelons que votre réponse restera totalement anonyme pour l'établissement.

Le questionnaire est ouvert à tous les internautes ! Afin de valider votre questionnaire, le code agent vous sera demandé !

 

C'est le cabinet d'expertise "Indigo ergonomie" qui gère totalement ce questionnaire.

Il est soumis au secret professionnel et agrée par le ministère du travail.

La connaissance de votre code agent valide la démarche d'analyse, car il faut éviter que des personnes répondent plusieurs fois au questionnaire. Le code agent vous relie à votre unité fonctionnelle principale d'affectation (Neuro, cardio, RF, chir, etc...). La mission que nous avons fixée aux experts est aussi de déceler si tel ou tel secteur est plus ou moins exposé.

 

Renseignez le questionnaire individuellemnt et soigneusement. C'est de votre santé dont il est question.

Le CHSCT, suivant les résultats de l'expertise, aura une base solide et validée pour éventuellement exiger les mesures nécessaires à la protection des salariés.

 

Vos représentants CGT n'en déplore pas moins, même si nous sommes totalement partie prenante pour cette expertise, qu'il faille en arriver là pour être entendu. En effet nous sommes persuadés depuis longtemps que les limites sont dépassées et que la souffrance au travail existe au quotidien.

Dès que nous avons été informés de la date d’arrivée de M. ARTIGAUT, Directeur par intérim nous avons sollicité un entretien, obtenu le mardi 11 février, en présence de la DRH.

Nous avons abordé les points les plus urgents concernant l’établissement. Ainsi nous avons demandé des précisions sur les critères des CAP qui, en l’état, ne peuvent garantir selon nous une équité de traitement au fil des années (Nous y reviendrons).

Nous avons demandé que l’expertise CHSCT autour du risque psycho-organisationnel démarre au plus tôt d’autant que le départ à la retraite du médecin du travail début juillet risque de priver les experts d’éléments d’analyse.
Enfin nous avons abordé le dossier de la Néo Nat qui ne peut plus attendre. A ce sujet, voici le courrier adressé par le représentant CGT au conseil de surveillance et remis en mains propres.

« Nous avons été destinataires le 06 février 2014 d’une copie d’un courrier daté du 09 janvier 2014, adressé par l’ARS à Madame DELAUNAY députée de la circonscription montoise que nous vous joignons. Il ne manque pas de nous interroger :

 1) Il stipule que notre établissement a acté la qualification au niveau 2A. Le conseil de surveillance a été informé que c’est à la suite de la décision de suspension du niveau 2B par l’ARS que le service a été adapté au niveau 2A.

Le courrier pourrait laisser entendre que l’établissement en a été l’initiateur. Pouvez-vous nous le confirmer ?

 

2) Nous nous élevons en faux contre l’affirmation que la modification de la qualification n’ait changé en rien les pratiques médicales et soignantes. L’organisation du service n’a-t-elle pas été revue pour s’adapter à cette décision avec une révision à la baisse des effectifs ? Pouvez-vous nous le confirmer ?


Je tiens à vous alerter sur la situation extrêmement préoccupante que cette réorganisation engendre sur les personnels.

3) Comment peut-on espérer maintenir le même niveau de présence de compétences lorsque l’on sait que l’encadrement en personnel paramédical est de 1 puéricultrice pour 3 bébés en soins intensifs (niveau 2B) et de 1 pour 6 bébés en néonatologie (niveau 2A) ? Pouvez-vous nous le confirmer ?

 

4) L’analyse des données statistiques ont montré que nos bébés étaient « sous cotés ». Visiblement l’ARS n’en tient pas compte en continuant à affirmer qu’il y a un : « statu quo ante ». Nous souhaitons avoir une analyse statistique précise et corrigée, validée par le Chef de pôle. Pouvez-vous nous l’adresser dans les plus brefs délais ?

5) L’imbroglio argumentaire dans le 9ème paragraphe semble justifier une mesure comptable bien plus qu’une mesure de santé publique. En effet, le Niveau 2B est reconnu pour l’ensemble des Landes. Et ce sont bien tous les bébés des landes ayant besoin de soins intensifs qui doivent quitter le département, pas seulement ceux qui nécessitent de la réanimation. Ceci contribue à encombrer les niveaux 3. Nous vous prions de nous indiquer les mesures prises par les deux établissements landais et particulièrement le nôtre pour optimiser nos installations et réduire la « fuite » des mamans en amont de l’accouchement.

 

6) Le Directeur de l’ARS, nous indique que : « le SROSS stipulant un niveau 2B pour le CH de Mont de Marsan n’a pas encore été modifié ; une telle modification ne pouvant intervenir qu’à la demande de l’établissement ». Nous vous demandons expressément d’exprimer la volonté de l’établissement de maintenir la capacité de niveau 2 B à Mont-de-Marsan.

 

Pour mémoire, dans le courrier du 09 juillet 2013 l’ARS indiquait vouloir organiser une évaluation avant le terme de l’échéance afin de statuer sur l’opportunité du maintien d’une autorisation d’unité de néonatologie avec soins intensifs.

A-t-elle eu lieu puisque le courrier nous invite à penser au maintien de cette décision ?

 

Vous n’êtes sans doute pas sans ignorer que la CGT est fortement impliquée pour faire aboutir positivement ce dossier avec les personnels et les syndicats UNSA, CFDT et FO. La Population s’est massivement positionnée et nous a permis de remettre à Madame le Ministre Michèle DELAUNAY, plus de 4000 pétitions. Son Directeur de Cabinet s’est montré embarrassé devant les contradictions des informations mises à sa disposition et les nôtres et nous a assuré qu’il n’y avait aucune directive pour remettre en cause le niveau 2B dans les Landes.

 

À partir de quelques échanges avec un responsable de l’ARS, j’ai cru comprendre qu’il appartenait à l’établissement de redemander l’autorisation du niveau 2B à Mont-de-Marsan.

Je ne doute pas que vous aurez à cœur de tout mettre en œuvre pour que notre établissement puisse de nouveau offrir ce service aux nouveaux nés et à leurs parents dans notre département.

D’autant que je suis intimement convaincu que la disparition du niveau 2B ne facilitera pas un argumentaire motivant pour le recrutement de pédiatres spécialisés »

La suspension arrivant à son terme, la CGT persiste à montrer sa détermination afin que ce dossier aboutisse, dans l’intérêt de la population.

ON NE LÂCHE RIEN !!!

142 jours que les 3 lits de soins intensifs de néonatologie des Landes sont suspendus,
ne l’oublions pas !

Parmi les personnalités présentes ce matin, toutes étaient parfaitement au courant de ce dossier.

sud ouestCertaines ont même paraphé la pétition portée par les personnels et l’intersyndicale, qui a déjà recueilli plus de 4000 signatures.

Mais pas un mot n’est sorti de la bouche des 4 intervenants : le Directeur, la Présidente du conseil de surveillance, le président du conseil général et le préfet des Landes pourtant tous très enclins à vanter la modernité de notre établissement qui se dote d’un service de médecine nucléaire, de nouveaux services de réanimation et de cardiologie.

Or c’est un savoir-faire de haute technicité et un accès aux soins de proximité qui sont menacés sur notre territoire. Si le moment n’était pas à la polémique puisque le départ du Directeur est devenu l’évènement du jour, il est des tribunes qui devraient exhorter un peu plus d’ambitions.

Nombreux dans l’assistance, nous brûlions d’intervenir. C’est sans doute le respect que nous portons aux Hommes avant leur fonction qui nous a retenus. Mais pour autant, c’est l’indignation qui est dans tous les esprits. Car depuis 4 mois, nous avons rencontré tous les décideurs qui nous assurent de l’utilité de ce service. La CGT a obtenu une audience pour l’intersyndicale le 16 janvier auprès du Directeur de Cabinet de Madame Michèle DELAUNEY, Ministre déléguée, en remplacement de Madame Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé. Nos arguments ont porté et il nous a assuré que rien n’était arrêté, qu’il appartenait à l’établissement de redéposer une demande d’autorisation. Visiblement le dossier tarde à être traité  par l’établissement comme il le devrait, et par la communauté hospitalière de territoire. Le statu quo est-il entretenu dans l’espoir que l’oubli face son office ?

Nous exprimons les plus vives inquiétudes quant à la volonté locale de rouvrir ces 3 lits. Pourtant ils contribuent à désengorger les services de réanimation néonatale saturés dans la région, de l’aveu même de l’ARS. Logique comptable quand tu nous tiens… !

La CGT continuera à tenir son rôle avec les personnels et leur intersyndicale pour que ce service soit rendu à la population. Les 4000 signatures ont impressionné et témoignent de l’engagement de la population pour son hôpital et son service public de santé. Nos bébés auraient mérité qu’on parle d’eux mais la parole était aux mondanités de parade pas à la bravoure politique.

 

 

 

 

 

Le combat continue !

 

 

 

PROJET SOCIAL

Toutes les organisations syndicales ont rejeté ce projet qui ne répond pas aux attentes des personnels.

La CGT a redemandé de mettre au cœur du projet social la définition du service minimum. Nous pensons que c’est le moyen de reparler du contenu du travail.

Celui-ci est mis à mal par des organisations et une réglementation sans cesse en transformation. Le sens du travail s’y perd d’où une intensification plus qu’inquiétante du risque psycho-organisationnel.
Un projet social pour seulement être en conformité avec la réglementation n’a aucun intérêt !

 

CRITÈRES D’AVANCEMENT

46 votes pour une question, c’est quoi ce délire !

Y-a-t-il encore un Statut de la fonction publique hospitalière qui garantit que chaque agent sera soumis aux mêmes droits et aux mêmes devoirs, que chacun évoluera dans sa carrière selon des critères d’avancement partagés par tous ?

Au vu du CTE de ce matin, nous répondons NON. Notre Statut est délibérément fissuré pour mieux le faire exploser. Nous passons du droit dans un cadre collectif au droit du chacun pour soi !

Il n’était pas du vœu de la CGT de revoir l’ordre des critères des CAPL. Ils ne sont pas parfaits mais, en s’inscrivant dans la durée, ils assurent une certaine justice de traitement. Cependant, il est vrai que les reclassements de certains grades sont venus perturber fortement l’ordre des tableaux d’avancement. Il est en effet difficile d’ « avaler » de reculer dans l’ordre d’avancement quand on attend depuis des années.

La CGT a donc décidé de prendre sa place dans les travaux.

Les multiples réunions sur le sujet n’ont débouché sur aucun consensus, témoignant de la complexité. Force est de constater que les critères proposés au vote manquent de précision.

Nous ne donnons pas tous les mêmes significations aux mots ce qui, au final, laisse toutes les interprétations possibles pour les critères soumis au vote.

Ne parvenant pas à obtenir une clarification, la CGT a durci sa position et s’est opposée à toute modification des critères.

L’expérience de la CGT a guidé cette décision car nous savons qu’un manque de précision engendrera une dérive d’interprétation dans le temps, au grès des modifications des équipes dirigeantes. Les carrières sont longues (42 ans). La jeune génération ne voit pas aussi loin mais lorsqu’elle aura une carrière bloquée à 20 ans de la retraite, elle mesurera toute l’importance qu’il y a de ne pas faire n’importe quoi !
 

La CGT continuera à œuvrer pour des critères clairs et partagés. Vos représentants aux CAP doivent pouvoir maîtriser le sujet. La complexité rendra leur tâche inaccessible. Nous travaillons à de nouvelles propositions pour la future Direction.

VALIDATIONS MULTIPLES des GRILLES

Grille des AS de nuit à Ste Anne (grande et petite semaine, nuit de 10 heures).

C’est une proposition des personnels concernés du site de Ste Anne. Cette grille n’existe nulle part sur l’établissement.

Certaines équipes y ont réfléchi sans donner suite. Dans un premier temps, la CGT voulait juste s’abstenir puisque que cette grille est hors réglementation.

En effet, ce sont 50 heures de travail sur la grande semaine (au-delà des 48 heures et bien loin des 32h30 !).

Nous pensons que ces rythmes ne sont pas tenables par tous les agents sur plusieurs années. C’est aussi la crainte exprimée par un certain nombre d’agents. Là encore, c’est l’expérience qui parle.

Nous sommes aux premiers postes pour mesurer l’usure professionnelle, surtout dans cette catégorie de personnel, notamment dans les commissions de réformes.

La Direction reconnaît elle-même que c’est beaucoup (Et elle s’y connait en matière d’intensification du travail !). Mais si cette organisation est appliquée, la Direction nous dit qu’elle devra l’accepter partout. C’est une annonce qui nous fait basculer dans le rejet de cette proposition car certains agents ne veulent pas être contraints à faire 50 heures par semaine.

De plus, c’est notre devoir, c’est notre engagement d’élus : nous devons veiller à ce que le personnel ne soit pas mis en danger pénalement. Que se passera-t-il si un incident thérapeutique ou de service intervient dans la 50ème heure de travail ? Le législateur examine le droit, seul opposable devant les arguments des avocats des victimes.

Ne doutons pas que les heures de travail seront comptées dès la prise de service et non pas à 00h00 comme on voudrait nous le faire croire, pour essayer de rester dans les clous.

La CGT va continuer à travailler sur les grilles qui permettraient d’avoir vraiment le WE de repos, car il faut effectivement que l’organisation du travail autorise une vie de famille, mais pas au détriment de la santé.

Le prix en est bien trop élevé quand on ne peut plus exercer son métier à 45-50 ans.

Il serait bien plus simple et bien plus profitable pour la CGT de dire OUI, mais nous voulons être dignes de votre confiance par notre sérieux, pas pour nos flatteries.
Le CTE a rejeté cette grille. Pour les autres grilles, nous avons rejeté celles qui ne respectaient pas le nombre de repos (au moins 4 par quatorzaine) ; cela concerne la Neurologie et l’Ehpad de Lesbazeilles où le manque d’effectif est évident.

Nous avons également voté CONTRE les grilles de Pédiatrie / NéoNat : nous avons signalé à la direction que l’équipe travaillait à la proposition de nouvelles grilles.

Le reste des grilles ont eu un avis favorable, la CGT s’étant abstenue sur la Médecine Nucléaire (manque d’informations), la Stérilisation et la Dialyse car des difficultés de fonctionnement nous ont été rapportées par des agents.

La CGT note que le climat continue à se dégrader, nous ne sommes pas satisfaits de la manière dont se traitent les questions depuis quelques mois.

Nous rencontrons des difficultés pour maîtriser l’ensemble des dossiers.

De plus en plus, nous ressentons les difficultés que rencontrent les services administratifs en raison d’une surcharge de travail évidente. La CGT pose une revendication forte pour que soit renforcé notamment le service de la DRH ; il manque cruellement de moyens humains ! Nos collègues administratifs se démènent pour faire du mieux qu’ils peuvent, mais à l’impossible nul n’est tenu. La quantité de dossiers à mener, de textes à ingurgiter et à comprendre, de réunions à tenir, de réponses à fournir, d’accompagnement à faire est exponentielle.
Depuis des années, on priorise par nécessité les services de soins au détriment des services administratifs et techniques. Il manque du monde dans tous les grades.

Les limites sont dépassées et on en vient à compliquer les relations qui ont toujours été amicales et respectueuses.

Nous réaffirmons haut et fort tout le respect que nous avons pour le travail de nos collègues et nous les assurons de toute notre solidarité.
Nous rappelons que les personnels administratifs ne sont pas « la Direction » mais des collègues aux missions lourdes et complexes avec de tout petits salaires : ne l’oublions pas lorsqu’on s’adresse à eux !

Le jour de carence : C’est gagné !

Le 20 février 2013, Marylise LEBRANCHU, Ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, avait annoncé l’abrogation du jour de carence dans la Fonction publique dans la prochaine loi de Finances.
La loi de finance 2014 a abrogé le jour de carence dans la Fonction publique
La loi N°2013-1278 du 29 décembre 2013 de finances pour 2014 a été publiée au Journal Officiel.
L’article 126 de cette loi indique que l’article 105 de la loi N°2011-1977 du 28 décembre 2011 de finances pour 2012, qui avait instauré le jour de carence dans la fonction publique, est abrogé.
Ainsi, à partir du 1er janvier 2014, les agents de la Fonction publique percevront l’intégralité de leur rémunération dès le premier jour d’un congé maladie.
 

L’abrogation de cette mesure avait été portée par la CGT qui avait remis une pétition de 60.000 signatures à la ministre de la Fonction publique.

Cette décision signe le succès de la mobilisation de nombreux agents avec la CGT !

Les sites CGT du Centre Hospitalier
est géré par le secrétariat de la CGT
du Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan.

cgtchmdm

La secrétaire du syndicat en est la directrice de publication.

La CGT du Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan
La Secrétaire Générale, Claudine GAYE
Avenue Pierre de Coubertin
40024 Mont-de-Marsan
Tél. 05 58 05 11 82

 

Alimentation du site de la CGT Santé de Mont-de-Marsan

La conception éditoriale, l'alimentation des bases de données et leur suivi sont assurés par le secrétariat ainsi que le webmaster de la CGT Santé du Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan.

Conception graphique, administration, hebergement, sécurité, search engine optimization, rédacteur web

Jean-Pierre DIAZ

Hebergement du site

L'hébergement technique du site de la CGT Santé de l'hôpital de Mont-de-Marsan est assuré par un serveur dédié haute performance.
Les serveurs du Comité régional de La CGT de Bordeaux peuvent prendre le relais si besoin (rupture des sevices).

Propriété intellectuelle

Tous les contenus de ce site sont couverts par le droit d'auteur, en vertu de l'article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.
La reproduction de contenu est soumise à la mention de la source :
copyright CGT du Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan tous droits réservés. Les reproductions ne peuvent pas être utilisées à des fins commerciales ou publicitaires.
La CGT Santé du Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan se réserve la possibilité, à tout moment, d'interdire à des tiers l'utilisation des informations du site.
Dans ce cas, elle informera la personne concernée qui disposera de 8 jours ouvrés pour mettre fin à ses pratiques.

Liens hypertextes

La création de liens avec ce site est libre, sous réserve de nous en informer. La CGT du Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan peut à tout moment refuser un lien. La personne concernée disposera de deux jours pour le supprimer.

Informations sur les cookies

L'utilisateur est informé que lors de ses visites sur le site un " cookie " peut s'installer automatiquement sur son logiciel de navigation. Un " cookie " est un bloc de données qui ne permettent pas d'identifier l'utilisateur, mais qui sert à enregistrer des informations relatives à la navigation de celui-ci sur le site et à la faciliter. L'utilisateur peut cependant s'opposer à la mise en place de " cookies " en désactivant cette option dans les paramètres de son navigateur.

Droit d'accès, de modification et de suppression

Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978, dites loi informatique et Libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression à l'égard de toute information vous concernant.
Ce droit peut être exercé par courriel (voir l'article)

Droits d'utilisation et de reproduction

Le droit de reproduction et/ou droit de représentation des données des sites web www.cgt-cmmdm.org et www.cgt-mt-marsan.fr est exclusivement destiné à l'usage privé et/ou aux seules fins de consultation personnelle et privée des utilisateurs du réseau Internet. 

Toute autre utilisation est strictement interdite et susceptible de poursuites conformément aux dispositions du Code de la Propriété intellectuelle français, des règlements nationaux et des conventions internationales en vigueur. 

Toute reproduction totale ou partielle de cette marque sans autorisation préalable et écrite est interdite, de même que toute modification des proportions, couleurs, éléments et constituants. 

Droit applicable

De convention expresse entre les parties, le droit applicable aux présentes et à leurs conséquences est exclusivement le Droit français, tant en ce qui concerne les règles de procédure que celles du fond.

La CGT Santé du Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan

http://www.cgt-chmdm.org http://www.cgt-mt-marsan.fr

(les sites officiels de la CGT Santé du Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan)
Avenue Pierre de Coubertin
40000 Mont-de-Marsan
Tél. 05 58 05 11 82

Création le 21 novembre 1974
Date de la déclaration le 9 janvier 1975

Récépissé de dépôt

N° de répertoire communal : 2880

Hôtel de ville

http://www.montdemarsan.fr

2 place du Général Leclerc
BP 305
40000 Mont-de-Marsan Cedex
 

Domiciliation de la CGT Santé de Mont-de-Marsan

http://www.ch-mt-marsan.fr

Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan
Avenue Pierre de Coubertin
40000 Mont-de-Marsan | Visiter le site internet de l'établissement

 

La CGT Santé

 

 

 

Confédération générale du Travail

 

 

http://www.cgt.fr

Département communication

263, rue de Paris
93 516 Montreuil cedex
Tél. 01 55 82 82 65
Fax. 01 48 18 84 60
[Inscription]

 

Il y a des faits qui font mal : le niveau IIb de la maternité est retiré

à compter de 1er septembre 2013.

Les bébés n’auront plus accès aux soins intensifs dans les Landes. Ils pourront aller se faire voir dans les départements voisins.

Voilà le résultat d’une politique de santé où logique comptable et carence gestionnaire triomphent au grand dam de la sécurité et de la bientraitance.

Le personnel est meurtri par ce gâchis. Du mieux qu’il peut, il pallie les insuffisances de ces pseudo-décideurs- responsables plus enclins à satisfaire leur égo pathologiquement nuisible à la communauté hospitalière. Mais c’est encore ce personnel qui en fait les frais, à tous les niveaux de sa vie. Sur le plan professionnel, ils sont humiliés, discrédités, éparpillés, atomisés. Sur le plan personnel, nos jeunes collègues verront leur propre maternité rendue plus difficile et moins sécurisée.

 


La CGT est fondée à penser que c’est le résultat d’une gestion incohérente. Depuis des années, ce service dérange, il y a des économies à faire. Et cela tombe bien dans le plan de retour à l’équilibre.

Comment se fait-il qu’avec près de 3000 naissances par an dans les Landes, les 3 lits de soins intensifs soient si peu occupés alors que les établissements de niveau III (réa néonat.) sont saturés comme le confirme le dernier SROS ?

Y a-t-il vraiment une volonté des médecins et de la Direction de faire tourner ce service ?

 

 

 

 

La CGT du Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan
veut la lumière sur cette question.

 

Prenez soin de moi ! La CGT de Mont de Marsan contre l'individualisation destructrice.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a autour de nous des gens qui vont très mal. Ils ne sont pas tous dans des lits, mais ils sont bien là avec nous dans notre quotidien de travail. Ces gens sont nos collègues qui de faux sourires en faux semblants s’enfoncent dans le burn-out (épuisement professionnel).

À force de nous répéter, pour nous culpabiliser,
que le patient est au cœur du système, on oublie tout simplement  que
c’est «  l’ HUMAIN » qui doit être au cœur de notre système social.

 

Être soignant, c’est prendre soin de l’autre. Cela commence par prendre soin de son collègue sur le lieu de travail, le respecter, l’écouter, reconnaître son identité singulière. Tous les corps de métiers sont des collègues qui se retrouvent sur la même mission de santé.

La course à l’activité désorganise tout. Chacun y perd un peu plus chaque jour son latin. Quand tout va mal, en général, c’est le collègue le plus proche qui « en prend une », jusqu’au jour où le collègue n’encaisse plus.

Ainsi, les situations se tendent, le doute s’installe, la soif de reconnaissance n’est pas épanchée et la mésestime de soi prend le dessus. Or ce n’est pas MOI qui suis en cause,  c’est tout le sens du travail, son organisation, qui est à redéfinir.

 


TOUS ENSEMBLE, bien déterminés à lutter contre l’individualisation destructrice.


La CGT de Mont-de-Marsan

Là encore, on pourrait incriminer sans fin les Directions parce que ce sont leurs décisions qui nous plongent dans l’abîme de la souffrance au travail.

Mais pour un Directeur aujourd’hui quel sens donne-t-il lui-même à son travail quand d’un exercice sur l’autre on lui impose de produire plus avec moins ?

 

Néanmoins, ce qui est insupportable, c’est le déni en faisant croire « qu’on peut y arriver ». Eh bien NON, on ne peut plus. Les limites sont dépassées depuis belle lurette et les organismes sont épuisés, démotivés, déstructurés. Laisser le FRIC prendre les commandes de l’hôpital et ailleurs, c’est ignorer  l’HUMAIN et pleurer quand il est trop tard.

 

Chers collègues ouvrons grand les yeux, repérons autour de nous ceux qui vont mal.

Disons-leur qu’ils ne sont pas seuls, que collectivement, nous pouvons réagir et trouver l’énergie pour les aider à remonter la pente.

Chers collègues, votre organisation syndicale est disponible pour affronter avec vous les moments difficiles. Vos élus au CHSCT sont là pour faire reconnaître votre souffrance et combattre les raisons qui l’ont installée. Ne restez pas seul…, vous n’êtes pas seul !

Le travail pour lequel nous militons est source de vie, d’espérance, de fraternité et de construction collective.

 


Suite à la demande insistante des représentants du personnel, un CHSCT exceptionnel s’est tenu le vendredi 5 avril concernant les Risques Psycho-sociaux dans l’établissement.

La CGT a rappelé à la Direction ses manquements et le non-respect de la réglementation, en présence de l’Inspecteur du Travail. En effet, le CHSCT a été volontairement écarté de la cellule de crise mise en place suite à l’arrivée d’une lettre anonyme où un agent exprimait sa souffrance au travail et son souhait d’en finir. Et le Directeur n’a pas jugé bon de répondre dans les délais impartis (24h-48h) lorsque les représentants lui ont demandé, par écrit, de réunir cette Instance dans les plus brefs délais.

Effectivement, les professionnels de Santé souffrent moralement et physiquement de ne pas pouvoir accomplir leur travail selon les valeurs de leur métier et ils y laissent parfois leur bonne santé !!!

 

C’est une réalité à laquelle il faut répondre et que nous dénonçons sans cesse face aux réductions d’effectifs. Pour la CGT, il ne faut pas se résigner : nous devons TOUS ENSEMBLE continuer la mobilisation collective afin de stopper cette hémorragie et d’obtenir une meilleure dotation des équipes, prenant en compte l’absentéisme.

Alors qu’il tente de rejeter une partie de sa responsabilité sur les organisations syndicales, nous rappelons au Directeur qu’il est seul responsable et que son devoir est de protéger l’intégrité physique et morale de l’ensemble des agents de l’établissement. Sur les conseils de l’Inspecteur du Travail, nous convenons de créer un groupe de travail, le plus rapidement possible, afin de définir un plan de prévention qui passe par le traitement des situations urgentes et le lancement d’une démarche plus globale ; il faudra faire appel à un organisme extérieur afin de nous guider.
A ce jour, aucune date n’est encore fixée alors qu’il y a urgence !

Dans ce contexte, il va nous être encore demandé de nous soumettre à des restrictions car, malgré nos sacrifices, le déficit est toujours là !!!

 

Voilà ce qu’il nous a été annoncé au CTE le 12 avril dernier. Ces décisions irréalisables sont destructrices pour l’hôpital public. Alors que la Direction nous sollicite pour donner notre humble avis sur des réorganisations de travail en 7h45 (aux Urgences, Chirurgies 3 et ambulatoire), la CGT a souligné la dérèglementation du travail au travers des grilles proposées, qui se généralise d’ailleurs sur l’ensemble de l’établissement. Ce n’est plus tolérable car dangereux !!!

A Mont-de-Marsan, comme au niveau national, la CGT continue à défendre un grand service public hospitalier de qualité qui passe, évidemment, par une éradication de la précarité. Elle a initié en  janvier 2010 des négociations avec le gouvernement sur le sujet ; après 1 an et demi de discussions et de luttes, un protocole d’accord a été signé le 31 mars 2011 par la majorité des OS dont la CGT. Il y a urgence à appliquer la circulaire du 4 avril 2013 relative à l’accès à l’emploi titulaire dans la Fonction Publique, mettanten œuvre le décret du 6 février 2013(chapitre 3 du titre 1 de la loi du 12 mars 2012).

Il faut réaffirmer le principe du titre 1 du  Statut de la Fonction Publique (loi du 13 juillet 1983) qui acte comme socle fondamental l’affectation des fonctionnaires sur les emplois permanents.

 

La CGT continuera à travailler sur la seule base de négociation possible à son sens : l’accès à ce Statut dans les plus brefs délais !!!

 

Dernière minute : la Direction nous convie à une réunion sur les mises en stage le 22 mai.

DébutPrécédent1
Page 1 sur 2

Nos rendez-vous

Aucun événement

Les 3 dernières infos

Les derniers tracts