Calendrier

Avril 2018
L Ma Me J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30
Mai 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31

Visites du site

mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Le 23 avril 2018

Actualités | Hopital Mont-de-Marsan | Societe | Emploi

Les services à domicile et établissements (EHPA, EHPAD, USLD, hôpitaux gériatriques) personnes âgées :
Les professionnels restent mobilisés !

L’intersyndicale CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, SUD, UFAS et UNSA, soutenues par l’AD-PA et rejointes depuis par la FSU et FA-FP à décidé ce 15 février d’appeler à la grève le 15 mars prochain.
Aujourd’hui, partout en France, les salarié.e.s (de toutes catégories, y compris de direction), les associations d’usagers, les familles … dénoncent l’inexcusable, l’incompréhensible et volontaire abandon dans lequel le gouvernement laisse les personnes âgées vulnérables parce qu’en perte d’autonomie en établissement comme à domicile.
Partout, l’ampleur des mobilisations du 30 janvier ont rassemblé des personnels du privé, du public de l’associatif (aides à domicile…), de la plus petite à la plus grosse structure montrent la détermination et l’exaspération des professionnels et des usagers.
Cette journée n’était qu’une étape dans le mouvement qui dénonce un gouvernement sourd et empreint de mépris envers des professionnel.le.s.

 

OBJECTIF : 15 mars 2018

il est temps que l’Etat entende la nécessité de :

- Mettre en place un financement pérenne et solidaire de l’aide à l’autonomie.
- Pérenniser le financement de l’aide à domicile, abroger les dispositions législatives baissant les dotations des établissements et maintenir de tous les effectifs
- Augmenter le temps passé auprès des personnes âgées à domicile et appliquer le ratio d’un personnel pour une personne accompagnée en établissement (prévu par le Plan Solidarité Grand Age de 2006)
- Revaloriser les salaires, améliorer les carrières et les conditions de travail des personnels à domicile et en établissement dans le cadre du statut et des Conventions Collectives Nationales.

La CGT prendra toute sa place dans les prochaines mobilisations tant que les justes revendications des personnels ne seront pas entendues par le gouvernement.

Rassemblement à 14h30 - Place St Roch - MONT DE MARSAN

Manifestation jusqu'à la préfecture.

Tous en blouse blanche avec nos revendications !

Intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires. Rassemblement le 12 septembre 2017 à MONT DE MARSAN.

12h Place des ARENES. Prises de parole et casse croûte.

La casse du Code du travail,
le Projet de Loi de Finance (Fonction publique)
et le projet de Loi de Finance
de la Sécurité Sociale nuisent à la santé !

Les orientations du nouveau gouvernement, qui a pris ses fonctions dans un contexte de prise de pouvoir massive sur le Parlement des députés du parti du président de la République,
laissent peu de place à l’espoir d’un renouveau politique dans un contexte d’état d’urgence permanent.

La personnalisation à l’américaine de la parole présidentielle envers les  élus  de  la  nation  et la volonté de passer en force sur le Code du travail en légiférant par ordonnances laissent entrevoir le peu de cas fait de la démocratie et des pseudos consultations des organisations syndicales.

 

Les futures décisions politiques et budgétaires seront calquées sur ce mode de fonctionnement où l’état d’urgence perpétuel est inscrit dans la loi courante et la volonté du Président élu le seul crédo de députés massivement majoritaires à l’Assemblée nationale.

Le dialogue social n’est pas à l’ordre du jour et le passage en force devient, à l’image du gouvernement précédent, la règle.

C’est dans ce contexte que depuis plusieurs années des politiques régressives en matière de services publics se veulent permettre d’atteindre des normes de compétitivité et de rentabilité à hauteur du secteur privé lucratif.

L’égalité devant le service public (principe à valeur constitutionnelle) est l’application du principe général d’égalité de tous devant la  loi.

 

Les missions sont mises à mal  et  la  réponse aux besoins de la population n’est  pas  l’élément moteur de décisions politiques axées uniquement sur la rentabilité. L’éloignement constant des services publics des lieux de vie  est l’élément révélateur d’une volonté affirmée de réduire les coûts et donc les services rendus à la population.

Pour les salarié.e.s et les agent.e.s, les restrictions budgétaires entraînent suppressions de postes, gel des salaires, fusions, mutualisations, fermetures d’établissements...

Ces restrictions dégradent fortement les conditions de travail des personnel-le-s et agent.e.s (augmentation des Risques Psycho- Sociaux, des maladies professionnelles, des Accidents du Travail, des invalidités…). La réduction des dépenses reste la seule solution imposée par les gouvernements successifs qui va s’amplifier encore dans le Projet de Loi de Finance de la Sécurité Sociale 2018 (PLFSS 2018) qui sera proposé au Parlement en octobre 2017.

 

Ce sont à nouveau des mesures d’austérité qui seront appliquées pour imposer une remise à l’équilibre des comptes de la Sécu, alors qu’en même temps le gouvernement veut faire croire   à une augmentation de pouvoir d’achat par la suppression des cotisations salariales sur les salaires et traitements. Le coût en sera supporté par la population, par la nécessité de trouver des solutions dans le privé lucratif pour suppléer à la disparition des services publics.

Cette perte de financement de la Sécu se concrétisera aussi par un report des coûts sur des assurances privées et bien sûr par la fermeture d’établissements hospitaliers.
L’austérité pour favoriser le transfert de l’activité du service public vers le secteur privé (pourtant plus cher et moins efficace) est une vieille recette que nous sert le Premier ministre sous couvert de récupérer quelques euros.

Le PLFSS 2018 et la Loi de Finance (LF 2018) sont les outils de la casse du service public.

En même temps, les attaques contre le code du Travail et plus largement le statut général de la Fonction publique servent la volonté de réduire le coût du travail et  de  précariser  davantage les agent.e.s et salarié.e.s pour faire taire toute velléité de faire valoir leurs  droits.
Refuser l’augmentation du point d’indice et rétablir le jour de carence dans la fonction publique ne fait qu’aggraver la situation d’agent.e.s stigmatisé.e.s parce que fonctionnaires et maltraité.e.s.

C’est par la mobilisation contre le PLFSS 2018,
la LF 2018 et contre
la loi Travail renforcée que nous ferons bouger les lignes.
C’est par l’intervention des agent.e.s et des salarié.e.s
que nous empêcherons le gouvernement d’appliquer sa politique d’austérité !

LA CGT REVENDIQUE :

- Des augmentations urgentes des salaires, en particulier par la revalorisation des points d’indice ;
- Une réelle égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ;
- Des créations d’emplois statutaires pour l’accomplissement des missions publiques, l’amélioration des conditions de travail,
la résorption de la précarité ;
- Le renforcement du Statut Général et des statuts particuliers, par la primauté des concours, des corps et la revalorisation des carrières,
le maintien des conventions collectives et de la hiérarchie des normes ;
- L’amélioration des droits à la retraite axée sur le code des pensions civiles et militaires ;
- La reconnaissance de la manière de rendre le service public dans le déroulement de carrière et, par voie de conséquence,
la fin de toute forme de salaire au mérite ;
- De nouveaux droits sociaux pour les retraité.e.s et pour les plus fragiles (dépendance) ;
- La sortie des politiques d’austérité et l’octroi des moyens de financement nécessaires.

- 10h00 tractage aux marché St Roch et des Arénes
- 10h30 RDV avec le Préfet pour la delegation de l’intersyndicale

L’appel de la CGT à l’ensemble des salariés et des organisations syndicales à faire du 1er mai
une journée de mobilisation a été entendu à Dax comme dans toutes les villes de France.

Cette journée du 1er mai 2017 était importante, car c’est une journée de rassemblement pour les droits des travailleurs, le progrès social, la liberté, l’égalité, la justice, la fraternité, la paix, la démocratie et la solidarité internationale.

 


Un millier de personnes environ ont défilé dans la rue ce lundi 1er mai à Dax. Il a été question de mobilisation contre l’extrême droite, mais aussi de vigilance en cas de victoire d’Emmanuel Macron, auxquels les manifestants ne donnent pas carte blanche, pour un programme libéral.
Le séisme provoqué par les résultats du 1er tour des présidentielles, même s’il était annoncé, a en effet clairement fracturé le pays, mais également entraîné de profondes cicatrices, au sein de la gauche et du front républicain.


Depuis plusieurs mois, il est martelé à qui veut l’entendre que le contexte économique et social ne laisserait entrevoir aucune perspective réjouissante. Seuls les lendemains sombres et douloureux seraient la solution inéluctable pour permettre à la France de retrouver sa place parmi les grandes puissances européennes et mondiales.

La CGT contre le dumping social et environnemental, la CGT propose un nouveau statut du travail salarié qui permet de rattacher à la personne des droits et garanties (protection sociale, droits à la formation professionnelle, reconnaissance des qualifications…) transférables et opposables à chaque employeur.

Cela répond pleinement aux inquiétudes légitimes des travailleurs-euses – impacté-es par la révolution numérique par exemple – alors que le patronat aspire à profiter de cette période pour remettre en cause le fondement même de notre modèle social, tant critiqué au niveau national, mais si envié au plan international.

Sortir de la logique de mise en concurrence entre les territoires et les populations conduit tout naturellement la CGT à revendiquer l’abrogation de la loi « Travail » et à accompagner les salariés-es qui refusent son application dans leurs entreprises,
à l’instar de la mobilisation des salariés-es du siège de RTE qui ont massivement refusé, lors du premier référendum organisé pour contourner les organisations syndicales, une détérioration de leurs conditions de travail et de vie au travail.

Il convient aussi de favoriser les investissements créateurs d’emplois dans l’industrie et dans les services sur l’ensemble du territoire.
L’équilibre social et économique du territoire nécessite le redéploiement de services publics de proximité abandonnant les logiques financières au profit de la réponse à l’intérêt général.

Il est inconcevable que certains perdent leur vie au travail pendant que d’autres la perdent, car ils n’en ont pas, ou sont trop peu rémunérés.
La CGT propose la valorisation du travail par une augmentation significative des minima sociaux, du SMIC pour le porter à 1 800 euros, un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle et l’établissement de la durée légale du temps de travail à 32 heures.

Toutes ces propositions sont réalisables à condition de créer le rapport de force qui permette d’inverser le contenu même de la pensée dominante et de sa déclinaison.
C’est pourquoi la CGT invite l’ensemble des travailleurs-euses, privés d’emplois, des retraités porteurs des valeurs de progrès social, de solidarité et de paix à participer dans l’unité la plus large aux manifestations du 1er mai 2017 organisées dans les territoires.

La CGT appelle à un rassemblement  du
personnel hospitalier,
le mardi 29 novembre à partir de 9h devant l'administration, site de Layné.


En effet, le directeur attaque le protocole local des 35h en annonçant la suppression de 2 RTT en 2017.
Les représentants du personnel, ayant voté contre à l’unanimité au CTE du 09 novembre 2016,
sont convoqués à nouveau le 29 novembre 2016 à 9h.
hopital de mont de marsan et baisse des effectifs - rtt

La CGT avait déposé un préavis de grève le 16 novembre.
Il  a permis d’organiser 2 réunions de négociations qui n’ont abouti à rien,
puisqu’en fait le directeur a refusé de négocier sur les points majeurs.
C’est pour cela que la CGT ne siègera pas le 29 novembre et qu’elle a déposé un nouveau préavis de grève.

En effet, Ces nouvelles règles imposent aux agents hospitaliers de faire le même travail en moins de temps.
Ce sera pire en 2018 puisqu’il est annoncé la suppression de 3 RTT.

Cela veut donc dire pour les personnels encore plus d’heures supplémentaires au détriment de la vie privée.

A cela s’est ajouté en 2016, la  suppression du férié local  dit « Fête de la Madeleine ».
 
Au final, alors que les plannings sont déjà difficiles à supporter à cause du manque d’effectifs et des rappels fréquents sur les repos, les personnels vont accumuler encore plus de fatigue.

Imaginez que pour la majorité d’entre nous, nous ne pouvons même pas choisir nos jours de RTT ;
ils sont la plupart du temps imposés, ce qui encore une fois pénalise l'organisation de notre vie privée.
Cette dernière est d’ailleurs largement amputée par les heures supplémentaires que nous effectuons avec dévouement.

Sachez que la direction de l'hôpital de Mont de Marsan est redevable à ses agents de
128 000 heures (heures supplémentaires, compte épargne temps et RTT non pris).
Ce qui correspond à environ 80 emplois sur l'année.

En guise de reconnaissance, la direction refuse de maintenir un nombre décent de RTT, refuse de payer les heures supplémentaires,
refuse de reconnaître certains accidents et maladies professionnelles liés à l’épuisement professionnel des agents…….

La CGT estime que les usagers sont en droit de connaître la réalité du travail à l’hôpital.
La CGT  les invite donc à rejoindre le rassemblement le 29 novembre afin de demander des moyens pour un hôpital public de qualité.

1200 personnes dans la ville de Mont-de-Marsan pour combattre et réduire le chômage,

View the embedded image gallery online at:
https://cgt-chmdm.org/tag/la-cgt.html#sigProGalleriaf5fc19cd31

permettre la création d’emplois en changeant de politique économique,
préserver les droits et tous les régimes sociaux,
garantir et promouvoir le service public, augmenter les salaires (secteurs public et privé),
les retraites, les pensions et les minimas sociaux, constituent des priorités sociales, de surcroît en période de crise.

Le « pacte de responsabilité », la rigueur budgétaire, la réforme territoriale,
nombre de dispositions du projet de loi libérale « Macron » ainsi que plusieurs décisions des pouvoirs publics et du patronat
aggravent la situation des salarié(e)s, des retraité(e)s et des chômeurs(ses).


De nombreuses luttes et mobilisations syndicales sont d’ores et déjà engagées dans les entreprises,
les services publics et les secteurs professionnels.

La France n'a pas tourné au ralenti, jeudi 9 avril, lors de la journée de grèves et de manifestations contre l'austérité !
A Paris, des dizaines de milliers de manifestants (120 000, selon la CGT) ont défilé de la place d'Italie aux Invalides
dans une marée de calicots et de drapeaux rouges démontrant l'écrasante domination des cégétistes dans le cortège.

La CGT ayant mis le paquet sur la manifestation parisienne,
il y avait moins de rassemblements en province que lors des précédentes journées d'action,
comme celle du 18 mars 2014, organisée avec FO, la FSU et Solidaires,
où 140 manifestations avaient eu lieu contre 86 ce 9 avril.
Les manifs de province ont rassemblé, selon la CGT,

 

45 000 manifestants à Marseille (7 000 selon la police),
8 000 à Toulouse (4 000),
10 000 à Bordeaux (4 700),
7 000 à Lyon (4 200). Au total,

la CGT  parle de 300 000 manifestants dans toute la France (240 000 en mars 2014).

SUBIR, SOUFFRIR ou… LUTTER !

La CGT du CH de Mont de Marsan vous appelle à la grève et à manifester.

Le 09 avril 2015 à 10h00

Des arènes à la place St Roch via la Préfecture.

 

View the embedded image gallery online at:
https://cgt-chmdm.org/tag/la-cgt.html#sigProGalleriad6a6deb86f
Cette journée interprofessionnelle de grève et de manifestation organisée par l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires doit résonner jusque dans les bureaux des ministères.


Suppression d’emplois : les économies prodiguées par le gouvernement se traduisent par 75 emplois en moins sur 3 ans au CH de Mt de Marsan.
Alors que la loi santé n’est pas encore votée, l’Agence Régionale de Santé (ARS) la  met en œuvre en « catimini ».

Au total ce seront 22 000 emplois en moins sur le territoire d’ici 2017. La CGT dénonce avec force cette politique suicidaire pour les hôpitaux publics. Le taux d’évolution de l’ONDAM (Objectif National des Dépenses d’Assurance Maladie) est tellement bas qu’on va assister à une amputation mortifère de l’offre de soins
On nous annonce que notre Hôpital va être inspecté par l’ARS.
L’hypothèse de départ est posée : les personnels ont un protocole d’organisation du temps de travail bien trop favorable et incompatible avec la politique d’austérité !

Depuis plus de 30 ans, les économistes triés sur le volet nous affirment que les licenciements d’aujourd’hui sont la croissance de demain, que la baisse de l’offre de soins sauvera les hôpitaux. La CGT affirme tout le contraire et les faits lui donnent raison.

View the embedded image gallery online at:
https://cgt-chmdm.org/tag/la-cgt.html#sigProGalleria75721a49af

 

 

 

 

Alors, arrêtons de croire les balivernes et mobilisons-nous pour repousser la politique du fric dans ses 22 mètres.

Le 09 avril,
l’occasion de repousser la ligne des nantis !



La CGT Santé

 

 

 

La CGT Santé (contact)

 

 

 

Centre Hospitalier Mont-de-Marsan - CGT SANTE

 

Hopital Sainte Anne à Mont-de-Marsan

                     

CHSCT Hopital de Mont de Marsan

(Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail)

Prise en charge des ados sur Passerelle :

Le fonctionnement des prises en charges actuelles a été exposé par la cadre du service.

La CGT regrette l'absence de la psychiatre rattachée à ce service et référente des ados, ainsi que l'absence du représentant des médecins (rappelons qu'au dernier CHSCT, il avait lui aussi dit qu'il était logique que des infirmières assurent les soins des ados en association avec les aides-soignants).

Hopital de Mont-de-Marsan - Taches administrative




D'après la Directrice des Soins Infirmiers, l'équipe IDE demande à faire moins de tâches administratives, pour mieux se détacher auprès des ados. Elle évoque l'aide possible d'une secrétaire, à condition de la trouver.


Remarque d'une cadre sup : « Ce ne sera pas dur à trouver, avec tout le temps qu'elles passent au café ! » C’est quand même fort de café ! Quand la cadre sup oublie le filtre, la tasse déborde !...

La CGT s’offusque... La cadre sup gênée, quasi sidérée, le visage virant aux couleurs de la CGT (aurait-elle une fibre sociale ?) propose d’enlever ses propos.

Y a-t-il besoin de commenter cela ? Faites-vous votre propre idée...

La DSI accepte le principe d'une infirmière en plus mais nous dit qu'elle la prendra dans un autre service ! La CGT ne se satisfait pas de ce management ni de cette conception du soin. Tous les services sont en effectif réduit. Cela ne fera que déplacer le problème.

La CGT réclame des embauches
pour le bien des patients et des soignants !

Effectifs :

Centre Hospitalier de Mont de Marsan, le secret du bonheur

 

A chaque CHSCT la CGT demande un récapitulatif des effectif par service.
Systématiquement la copie rendue par la direction est pleine d'erreurs et ne reflète pas les effectifs réels.

Mais de qui s'entourent la DSI et la DRH pour élaborer ces tableaux ? Des cadres sup ? Des cadres ?...
A plusieurs reprises les cadres sup semblent tomber des nues lorsque la CGT pointe du doigt certaines erreurs. Est-ce de la mauvaise volonté ?
De la maladresse? De l'incompétence ?

 

La communication existe t'elle entre cadres, cadres sup et DSI ?...

Etat des compteurs :

Sur le site de la psy depuis janvier 2013, les compteurs ont baissé de 270 heures.
Autant dire que ça ne baisse pas !
La direction n'est pas inquiète. Le personnel n'est peut-être pas encore totalement rincé...
Le directeur doit encore 14871 heures sur la psy.
Nous fera-t-il un cadeau d'adieu, nous-petits employés- qui reçoivent tant d'éloges mensuels dans Osmose !!!

Travail de nuit :

Comme certains l'ont constaté, la CGT a accompagné les veilleurs attitrés (aides-soignants) lors de réunions avec les cadres sup pour l'élaboration de leurs grilles.

L'occasion pour certains agents de découvrir l'insolence et parfois l'irrespect dont peut faire preuve une cadre sup de par son langage.

Bien que la CGT s'interroge sur la légitimité d'équipe fixe de nuit en psychiatrie, elle soutient la revendication de ce personnel pour des plannings plus favorables.

Après un examen plus approfondi d’une grille basée sur une petite et grande semaine, il s’est avéré que le statut n’est pas respecté (50h de travail sur une période hebdomadaire). Ces grilles illégales mettent en danger l’agent tant au niveau juridique qu’au niveau de sa santé à plus ou moins long terme.

La CGT rappelle que contrairement à une rumeur dûment orchestrée, cette grille n’existe, ni à Nouvielle, ni à Layné. D’autre part, il s’avère que cette organisation de travail de nuit, tout en étant non statutaire, et loin de faire l’unanimité au sein du personnel des 3 sites.

La CGT continue de chercher une solution, et propose de nouvelles grilles.

Aria et Sonatine :

La CGT a demandé un récapitulatif des interventions de l'infirmière de nuit de Sonatine sur le pavillon Aria (2 aides-soignantes).

LA CGT demande à la DSI, ex-infirmière, si elle trouve normal qu'un patient en retour de bloc opératoire se retrouve dans un service où il n'y a pas de surveillance infirmière la nuit (juin 2013). La CGT rappelle aussi que ces patients polyhandicapés vieillissent et sont parfois sujets à de gros problèmes somatiques.

Inutile de vous dire que nous avons eu l'image, mais pas le son chez la DSI !

Celle-ci évoque plus tard avec les cadres sup l'hypothèse de transférer les patients lourds d'Aria vers Sonatine pour bénéficier de surveillance infirmière la nuit. La CGT rappelle qu'il faudra revoir les effectifs car cela alourdira la charge de travail des agents de jour de Sonatine.


La CGT réitère : Aria relève encore du Sanitaire, il faut une infirmière la nuit.

Anecdote
Anecdote : Une cadre sup raconte que les médicaments sont donnés par les aides-soignants à Aria, puisque les infirmières les laissent systématiquement sur un coin de table. Soit cette cadre sup est très présente dans le service, soit le service d'espionnage est en action, soit c'est une vue déformée de la réalité. Si elle dit vrai, nous espérons qu'elle n'aura pas attendu le CHSCT pour réunir l'équipe et parler du problème sereinement et respectueusement. Espérons donc que le CHSCT n'aura pas été l'occasion pour elle de discréditer les agents en lâchant cette bombinette !...


Grilles :
 

La CGT

 

 

La CGT demandait un bilan sur les grilles après un an d'utilisation. Cette demande a été reçue par la direction plus de 3 semaines avant le CHSCT. La DSI avait donc tout le temps nécessaire pour faire cette évaluation.

En séance, elle a préféré nous faire une cuisine express digne d'un fast food : "inutile de faire un audit dans les services pour faire un bilan. Donc non je n'ai pas fait de bilan."

La CGT lui explique (ou lui apprend) que malgré l'opinion défavorable des agents sur ses grilles, la DSI aurait pu trouver auprès de ceux-là certains constats ou idées visant à améliorer le quotidien des professionnels au travers de leur planning.

Que faut-il comprendre ?

Pourquoi ne cherche-t-elle pas à savoir si l'outil qu'elle a mis en place est efficient?

Ce manque de volonté de la direction confirme à la CGT qu'il ne s'agissait que d'une manœuvre supplémentaire pour casser un peu plus l'opposition que la direction rencontre sur la psychiatrie.

La CGT insiste, la DSI doit rendre des comptes aux agents, et nous l'avons poussé à prendre la décision d'aller dans les services pour discuter des plannings : mais en quelle année ???

Elle sera surement accompagnée de tout le cortège royal, le même qui dénigre à tout va les agents en CHSCT mais qui se dit si proche du terrain.

La CGT rappelle que les grilles sont rigides, avec des séries de matin ou d'après-midi préétablis. Certains cadres appliquent à la lettre ces grilles sans laisser la possibilité aux agents de choisir leurs horaires en fonction de leur vie privée.

La DSI répond que la grille n'est pas faite pour cela. Les agents peuvent choisir leurs horaires dans un consensus d'équipe. Nous pouvons donc faire notre planning sans tenir compte des horaires préinscrits.

Planification des absences 2014 :

Centre Hospitalier de Mont de Marsan Code du Travail

La CGT vote contre ces règles institutionnelles.
Même si cela peut permettre à certains cadres de mieux gérer les plannings, la CGT s’oppose à ce que les agents ne soient pas "propriétaires" de leurs droits (RT et Fériés).

La CGT rappelle une loi qui aurait tendance à être déformée, (les cadres sup semblent s'en accommoder). Chaque agent a droit à 4 repos par quatorzaine dont 2 consécutifs et comprenant au moins un dimanche.

 

Nous vous rappelons que les membres CHSCT-CGT de Sainte-Anne sont joignables principalement au local du site au poste 2087. Vous pouvez aussi laisser vos messages au local CGT de Layné au poste 1182 :

La CGT « psy » tient une boite mail où vous pouvez nous contacter.

 
 

Résultat 2014 des élection de la CGT à Mont-de-Marsan


La CGT remercie tous les électeurs qui lui ont fait confiance. Saluons un taux de participation de 54,75%,
bravo !

C'est un très bon résultat avec 6 organisations syndicales présentes dans cette période particulièrement rude pour le syndicalisme et encore plus pour le syndicalisme revendicatif. Ce résultat est malgré tout à nuancer car tous les sites n'ont pas exprimé la même chose.

A Sainte Anne c'est un carton pour la CGT (46,6%).

A Nouvielle, la CGT était dernière en 2011 et passe première ex éco (21,05%).
A Layné, la CGT passe de la 2ème à la 3ème place et marque le pas en nombre de voix.

Sans doute que le remaniement des effectifs après de nombreux départs à la retraite qui ont particulièrement touchés nos militants et sympathisants l'explique en partie.
Certainement aussi, que la concurrence a su tirer parti de la locomotive CGT. Nous avons été à l'initiative d'actions conduites en intersyndicales comme la très belle lutte menée pour la réouverture des lits de soins intensifs de néonatologie.
C'est de bonne guerre, nous avions sans doute un peu trop la tête dans le guidon pour penser à notre propre audience. Mais l'essentiel reste la victoire.

La CGT obtient 4 sièges sur 15 au CTE, 5 sièges en CAPL et vous défendra dans les CAPL n° 2, 4, 5 et 8.

Pour les CHSCT, il est acté le maintien de 3 CHSCT distincts dont le nombre de sièges dépend de l'effectif concerné (9 sièges à Layné, 6 sièges à Ste Anne, 4 sièges à Nouvielle-Lesbazeilles). La CGT a fait une proposition de répartition des sièges fidèle à la règlementation. Ceci nous attribuerait 3 sièges à Layné, 2 sièges à Ste Anne et 1 siège à Nouvielle.
A noter que cette proposition a été faite avant le résultat des élections.

Le Directeur reçoit les 6 OS pour en discuter lundi 8 décembre.
En 2011, cela a fini par un recours devant le Tribunal administratif qui s'est déclaré incompétent, c'est tout dire ! 

 

La CGT, comme elle l'a toujours fait, s'évertuera à défendre tous les agents.

La CGT sa force, c'est vous.

Syndiquez-vous, nous avons besoin de force nouvelles. Ensemble, pour faire avancer vos revendications aux plans local et national, c'est là que se joue vos salaires, vos carrières, les moyens pour faire grandir l'Hôpital public !

Retraite Fonction Publique Hospitalière

Le départ anticipé à la retraite dont bénéficiaient les agents de la Fonction Publique Hospitalière, au regard de la pénibilité de leur travail, est gravement remis en cause depuis plusieurs années.

Après une première attaque frontale supprimant ce droit aux infirmier(e)s (passage en catégorie A en 2010), une attaque sournoise s’est mise en place. La CNRACL remet en cause, de façon individuelle, la  pénibilité aux AP (Auxiliaires de Puériculture) qui travaillent en Crèche Hospitalière. Le prétexte invoqué est qu’elles n’exercent pas leurs fonctions « en contact direct et permanent avec les malades ».

La CGT dénonce une « réinterprétation » de l’arrêté interministériel du 12 novembre 1969, par la CNRACL, dans lequel le corps des AS (comprenant également les AP et les ASH) est classé en catégorie active, sans aucune restriction. Aucun texte réglementaire ou législatif n’est venu modifier cet arrêté. Aucune information n’a été donnée aux professionnels qui, au moment de partir à la retraite, se voient refuser un départ à la retraite anticipé ; les Directions d’établissements ne sont même pas informées !  
 

Les élus CGT au Conseil d’Administration de la CNRACL n’ont de cesse de défendre les dossiers depuis plus de 18 mois et d’exiger l’arrêt immédiat de ces remises en cause.
Le ou la fonctionnaire est titulaire de son grade et non de son poste !!!

La Fédération CGT est intervenue (en intersyndicale) à plusieurs reprises lors de réunions au Ministère  et a demandé en vain une rencontre avec les Ministres de la Fonction Publique et de la Santé. Cette dernière a sollicité le Conseil d’Etat quant à l’interprétation de l’arrêté, après 45 ans d’application identique, sans aucune concertation des organisations syndicales !
Lors d’un rassemblement devant la CNRACL à Bordeaux le 9 octobre, la CGT a demandé de revenir au traitement habituel des dossiers, à savoir l’appartenance aux corps professionnels selon l’arrêté de 1969 toujours en vigueur, en attendant la réponse du Conseil d’Etat.

Avec la CGT, EXIGEONS la garantie de nos droits tels que définis dans le Statut de la Fonction Publique, c’est-à-dire le MAINTIEN de la RECONNAISSANCE de la CATEGORIE ACTIVE, avec la bonification d’un trimestre cotisé par année d’exposition aux travaux pénibles, pour bénéficier d’un départ anticipé avec une retraite pleine et entière.

 

La CGT du Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan

 

 

Le 4 décembre, je vote CGT

pour élire les représentants au CA de la CNRACL
pour élire les représentants au CTE, CAPL et CAPD

 

Cgt mont-de-marsanLa CGT du centre hospitalier
de Mont de Marsan

est engagée depuis des années sur l'amélioration des conditions de travail au quotidien.

Le fil conducteur est la transformation du travail pour l'adapter à chacun et chacune.

Ce ne sont pas des grands mots ou des engagements creux, ce n'est que la volonté d'être au plus près des intérêts des salariés et ils commencent sur le poste de travail.
Obtenir la prise en compte de la pénibilité en provoquant une politique d'achat d'aides techniques à la manutention, c'est du concret.
Pour certains de vos élus CGT qui portent ces valeurs depuis plus de 20 ans dans les instances, c'est une fierté.
Lorsqu'un soulève personne est disponible, en état de marche et utilisé par une équipe toute entière ce sont des épaules et des dos qui sont protégés. Sur ce point, des avancées sont visibles.

De même, lorsque des postes pour les secrétaires sont pensés et réalisés pour faciliter le travail, la CGT se réjouit d'avoir participé activement à la réalisation de contrats locaux d'amélioration des conditions de travail (CLACT) comme au service de radiologie où là aussi le résultat est visible. Alors certes, la CGT n'est pas seule, mais très souvent à l'initiative et partie prenante.
Aujourd'hui quand un projet architectural intègre l'intervention d'un ergonome qui va interroger le travail réel, la CGT locale y est pour beaucoup. Nous pourrions également citer bien d'autres transformations, comme les vestiaires, les aires de déchargement, certains circuits logistiques, etc...

L'action syndicale est rendue difficile dans un contexte de crise et de chacun pour soi où les valeurs solidaires ont du mal à se faire entendre.

La CGT sait se faire respecter mais s'évertue à respecter les autres.

Nous n'avons pas, par exemple, surfé sur les difficultés internes des autres OS et surtout nous n'entretenons pas le tous pourris, le tous à la solde du patron et autres bêtises du genre.
Et pourtant, nous aurions de quoi largement nourrir un débat stérile bien loin des préoccupations de chacune et de chacun.

Nous voulons croire que chacun fait du mieux qu'il peut, nous ne partageons simplement pas les analyses que font les autres OS. Certaines font le choix de croire en la sincérité des grands dirigeants de ce monde et que la pression sur les hôpitaux arrangera les finances publiques et passent des accords contre nature comme celui sur la sécurisation de l'emploi qui a dépouillé le droit du travail.

La CGT au contraire les combat avec force parce que notre hôpital a besoin de moyens pour que chacun d'entre nous soit fier du service qu'il rend au public. Notre Hôpital est à l'agonie à cause de cette gestion comptable. Le réel social et sociétal nous y sommes confrontés tous les jours et nous ne pouvons plus faire face.

Au-delà des sympathies pour les uns et les autres, le vote CGT est un vote de combat, un vote militant pour affirmer que travailler doit être émancipateur, facteur d'intégration sociale, ne pas être une marche forcée laissant sur le bas-côté de plus en plus de blessés, de malades et d'exclus.

Le VOTE CGT, c'est affirmer que pour s'occuper de la santé de nos concitoyens, rien de mieux qu'un service public fort, respecté, valorisé et doté des effectifs suffisants.

Nous invitons à regarder les choses objectivement avant de mettre un bulletin dans l'urne. Le choix est lourd de responsabilités.
Par exemple quel regard porter sur des organisations syndicales comme la dernière venue qui ne génère que division (6 OS au CH de Mont de Marsan ?).
N'est-ce pas là une oeuvre suicidaire pour le rapport de force ? Son animateur se sera présenté avec 3 étiquettes différentes au cours des 3 dernières élections. Belle constance que ceci, quelles convictions, quelles valeurs peut-on espérer voir défendre.

Quelle image peut-on donner ainsi de l'engagement syndical ?

Pour la CGT ce n'est pas un jeu pour essayer de se placer comme au PMU. Nous voulons représenter le plus fidèlement possible vos revendications.
Elles sont nombreuses :

Lutter contre l'emploi précaire à l'hôpital,
gagner les effectifs nécessaires, améliorer les déroulements de carrière,

Augmenter les salaires,
favoriser l'accession à la formation professionnelle, favoriser l'accès à la crèche hospitalière,

Améliorer les conditions de travail,
lutter contre l'intensification du travail, faire reconnaître les maladies professionnelles physiques et psychiques,

Redonner du sens au travail,
redonner du poids au collectif de travail...

 

Oui le vote CGT, c'est vouloir mieux vivre et préparer un avenir meilleur pour nos enfants.

Notre dette envers eux est celle-là.
Celle de leur transmettre l'hôpital et le système de santé que nos parents nous ont légués.
Comment peut-on laisser dire que s'endetter pour construire et moderniser un hôpital ruinerait l'avenir ? Discours de riches à qui rien ne manque sauf bien sûr l'humanité !

 

La CGT Santé du Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan
Le 4 décembre,
je vote CGT !

DébutPrécédent134Fin
Page 1 sur 4

Nos rendez-vous

Aucun événement

Les 3 dernières infos

Les derniers tracts