Calendrier

Septembre 2018
L Ma Me J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Octobre 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31

Visites du site

mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Le 20 septembre 2018

Actualités | Hopital Mont-de-Marsan | Societe | Emploi

Les services à domicile et établissements (EHPA, EHPAD, USLD, hôpitaux gériatriques) personnes âgées :
Les professionnels restent mobilisés !

L’intersyndicale CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, SUD, UFAS et UNSA, soutenues par l’AD-PA et rejointes depuis par la FSU et FA-FP à décidé ce 15 février d’appeler à la grève le 15 mars prochain.
Aujourd’hui, partout en France, les salarié.e.s (de toutes catégories, y compris de direction), les associations d’usagers, les familles … dénoncent l’inexcusable, l’incompréhensible et volontaire abandon dans lequel le gouvernement laisse les personnes âgées vulnérables parce qu’en perte d’autonomie en établissement comme à domicile.
Partout, l’ampleur des mobilisations du 30 janvier ont rassemblé des personnels du privé, du public de l’associatif (aides à domicile…), de la plus petite à la plus grosse structure montrent la détermination et l’exaspération des professionnels et des usagers.
Cette journée n’était qu’une étape dans le mouvement qui dénonce un gouvernement sourd et empreint de mépris envers des professionnel.le.s.

 

OBJECTIF : 15 mars 2018

il est temps que l’Etat entende la nécessité de :

- Mettre en place un financement pérenne et solidaire de l’aide à l’autonomie.
- Pérenniser le financement de l’aide à domicile, abroger les dispositions législatives baissant les dotations des établissements et maintenir de tous les effectifs
- Augmenter le temps passé auprès des personnes âgées à domicile et appliquer le ratio d’un personnel pour une personne accompagnée en établissement (prévu par le Plan Solidarité Grand Age de 2006)
- Revaloriser les salaires, améliorer les carrières et les conditions de travail des personnels à domicile et en établissement dans le cadre du statut et des Conventions Collectives Nationales.

La CGT prendra toute sa place dans les prochaines mobilisations tant que les justes revendications des personnels ne seront pas entendues par le gouvernement.

Rassemblement à 14h30 - Place St Roch - MONT DE MARSAN

Manifestation jusqu'à la préfecture.

Tous en blouse blanche avec nos revendications !

Ca bouge dans les EHPAD

La CGT ne veut pas être complice de cette maltraitance institutionnelle et demande l’arrêt de la réforme de la nouvelle tarification des EHPAD (qui ne permet plus de tenir compte de la spécificité de chaque établissement),
des moyens nécessaires (un personnel pour un résident) pour assurer une prise en soins digne des résidents, le respect des personnels et de leurs droits ainsi qu’une réelle politique de lutte contre la précarité dans les EHPAD.

 

Laura, infirmière en EHPAD :

« Le manque de temps est un véritable problème.
Même en étant organisée, en étant la plus rapide possible, c’est impossible de consacrer du temps aux résidents, et les soins en sont bâclés,
au détriment du bien-être, voire de l’hygiène des résidents ».


 

 

 

 

 

 

Claire, Aide-soignante en EHPAD :

« La hiérarchie ne se rend pas toujours compte de la charge de travail.
Je dois faire 17 toilettes en une matinée : impossible de faire des toilettes complètes ou des mises aux WC entre deux ! ».

Anthony, aide-soignant :

« Une personne ayant des difficultés pour se déplacer, nous allons la mettre en fauteuil car nous n’avons pas le temps de l’accompagner dans tous ses déplacements. Une personne ayant des difficultés à aller aux toilettes, nous allons lui mettre une protection car nous n’avons pas le temps de l’accompagner aux WC. »

 

 

 

 

Sonia, infirmière :

« Je suis seule pour 40 résidents et le plus souvent

les traitements de 8h  sont donnés à 11h.

Je ne vous explique pas les conséquences sur la santé des résidents !

Je fais comme je peux et il m’arrive de passer 8h au travail sans aller aux toilettes ! »

 

 

 

Mardi  30 Janvier - EHPAD de Capbreton

Personnels, résidents, et vous familles même combat
Des moyens humains pour prendre en charge nos ainés dans la dignité !

RDV à partir de 14h devant l’EHPAD de Capbreton (publique et territoriale)
Et dans toutes les unités de soins : port de brassards « soutien aux collègues des EHPAD »
Et débrayage de 30 min à 1h devant  chaque établissement.

 

A Mont-de-Marsan

De 9h30 à 11h au marché de Mont de Marsan : Information à la population
Après-midi : compte rendu de la journée aux collègues des EHPAD montoises.
Et dans toutes les unités de soins, possibilité de port de brassards « soutien aux collègues des EHPAD ».
Des moyens humains pour prendre en charge nos ainés dans la dignité !

 

 

L’appel de la CGT à l’ensemble des salariés et des organisations syndicales à faire du 1er mai
une journée de mobilisation a été entendu à Dax comme dans toutes les villes de France.

Cette journée du 1er mai 2017 était importante, car c’est une journée de rassemblement pour les droits des travailleurs, le progrès social, la liberté, l’égalité, la justice, la fraternité, la paix, la démocratie et la solidarité internationale.

 


Un millier de personnes environ ont défilé dans la rue ce lundi 1er mai à Dax. Il a été question de mobilisation contre l’extrême droite, mais aussi de vigilance en cas de victoire d’Emmanuel Macron, auxquels les manifestants ne donnent pas carte blanche, pour un programme libéral.
Le séisme provoqué par les résultats du 1er tour des présidentielles, même s’il était annoncé, a en effet clairement fracturé le pays, mais également entraîné de profondes cicatrices, au sein de la gauche et du front républicain.


Depuis plusieurs mois, il est martelé à qui veut l’entendre que le contexte économique et social ne laisserait entrevoir aucune perspective réjouissante. Seuls les lendemains sombres et douloureux seraient la solution inéluctable pour permettre à la France de retrouver sa place parmi les grandes puissances européennes et mondiales.

La CGT contre le dumping social et environnemental, la CGT propose un nouveau statut du travail salarié qui permet de rattacher à la personne des droits et garanties (protection sociale, droits à la formation professionnelle, reconnaissance des qualifications…) transférables et opposables à chaque employeur.

Cela répond pleinement aux inquiétudes légitimes des travailleurs-euses – impacté-es par la révolution numérique par exemple – alors que le patronat aspire à profiter de cette période pour remettre en cause le fondement même de notre modèle social, tant critiqué au niveau national, mais si envié au plan international.

Sortir de la logique de mise en concurrence entre les territoires et les populations conduit tout naturellement la CGT à revendiquer l’abrogation de la loi « Travail » et à accompagner les salariés-es qui refusent son application dans leurs entreprises,
à l’instar de la mobilisation des salariés-es du siège de RTE qui ont massivement refusé, lors du premier référendum organisé pour contourner les organisations syndicales, une détérioration de leurs conditions de travail et de vie au travail.

Il convient aussi de favoriser les investissements créateurs d’emplois dans l’industrie et dans les services sur l’ensemble du territoire.
L’équilibre social et économique du territoire nécessite le redéploiement de services publics de proximité abandonnant les logiques financières au profit de la réponse à l’intérêt général.

Il est inconcevable que certains perdent leur vie au travail pendant que d’autres la perdent, car ils n’en ont pas, ou sont trop peu rémunérés.
La CGT propose la valorisation du travail par une augmentation significative des minima sociaux, du SMIC pour le porter à 1 800 euros, un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle et l’établissement de la durée légale du temps de travail à 32 heures.

Toutes ces propositions sont réalisables à condition de créer le rapport de force qui permette d’inverser le contenu même de la pensée dominante et de sa déclinaison.
C’est pourquoi la CGT invite l’ensemble des travailleurs-euses, privés d’emplois, des retraités porteurs des valeurs de progrès social, de solidarité et de paix à participer dans l’unité la plus large aux manifestations du 1er mai 2017 organisées dans les territoires.

La CGT  a appelé à une mobilisation devant l’administration, le mardi 29 Novembre 2016.

Vous étiez une cinquantaine à venir manifester votre mécontentement au Centre Hospitalier de Mont-de-Marsan,
votre ras-le-bol, notamment quant à la décision de la direction de supprimer 2 RTT pour 2017.

 

 

La CGT se félicite d’avoir rencontré une nouvelle fois des agents qui n’avaient pas forcément l’habitude de répondre à l’appel, venant de tous les corps de métiers (soignants, administratifs, techniques…),
jeunes et anciens, en repos ou en service …

La CGT a profité du rassemblement pour expliquer ses REVENDICATIONS :

La CGT revendique la journée de travail à 7h42 qui permet de garder 20 RTT.
Réponse de la direction : NON négociable

La journée de solidarité : la CGT revendique que les agents ne la rendent pas comme en 2015.
Réponse de la direction : NON négociable

La CGT dénonce une fusion des temps de pause  (tabac, petit déjeuner, goûter, pause pipi….) et des temps de  repas,  et souhaite revenir à l’ancienne formulation du vadémécum qui admet une différenciation de ces 2 moments.
La CGT craint que ce soit la porte ouverte au flicage et à la répression !
Réponse de la direction : NON !

Le temps de transmission : La CGT revendique que soit noté dans ce guide que ce temps est bien inclus dans le temps de travail.
Réponse de la direction : réponse très floue; elle dit que ce seront des accords internes à chaque service !

Les tableaux de service (planning) :
La CGT demande que le support papier continue à exister et qu’il soit mis à jour régulièrement.
La CGT insiste : la mise à jour des modifications ne doit pas empêcher une information orale à l’agent.

Réponse de la direction : Le planning papier perdure, mais pas de garantie pour que les modifications d’horaires soient écrites sur le planning papier.

Pour les agents au Forfait jour, la CGT demande que soit retiré du guide que : « la durée hebdomadaire ne peut être inférieure à 38h »,
l’exigence réglementaire étant de 35h au minimum.
Réponse de la Direction : OUI

En cas d’absentéisme, l'ordre prioritaire des motifs de rappel : la CGT revendique que le rappel sur un jour de CET soit enlevé du guide puisque le directeur assure que les jours de CET sont remplacés.
La CGT revendique que soit précisé le cadre de l'extrême urgence pour un rappel sur un CA, RH.
Réponse de la direction : NON ! Pas de précisions sur la notion de  "l'extrême urgence". Le CET sera rappelable comme le CA.

L'accompagnement des patients lors de séjour de rupture ou en transferts :
La CGT demande que soit noté que l’accompagnement se fait sur ordre de mission.
Elle revendique que le temps passé en mission soit compté au réel (actuellement pour un séjour de rupture, la direction crédite 7h45 sur une journée + 8h sup. mais rien pour la nuit malgré notre présence près des patients).

Pour les transferts, même chose : La CGT souhaite que le retour soit compté en temps de travail

Réponse de la direction : pour les séjours de rupture, elle comptera 7h30  par jour  +  8h30 en astreinte et 8h sup.  pour la nuit.
Pour les transferts,  la direction n’apporte pas de modifications, ce sera le temps passé à transporter le patient. Le retour semble être du temps de repos pour la direction …

La planification des CA : en cas de rappel pour raison de service sur un CA, la CGT a demandé à la Direction de garantir la préservation des jours de fractionnement et d'hiver.
Réponse de la direction : OUI, c’est écrit sur le guide.

La planification des RTT : La CGT revendique que les agents restent maîtres de la pose de leur RTT. La CGT demande que les agents puissent les planifier de préférence et selon leur choix avec les CA et Fe dans un consensus d'équipe.
La CGT revendique que si le service le permet, les agents aient la possibilité de poser plusieurs périodes de 5 jours en dehors des vacances scolaires.
Réponse de la direction : trop compliqué à gérer pour les cadres !

Incidence des absences sur les droits au RTT : la CGT refuse qu’un agent en maladie perde 36 minutes à chaque absence.
C'est d'autant plus intolérable si c'est à cause d'accident de service ou d'une maladie professionnelle.
La CGT revendique l’application de la réglementation qui prévoit un abattement de 1 RTT tous les 13 jours
Exemple : avec l’ancien système : au bout de 10 jours d’absence, tu ne perds rien

Dès 2017, au bout de 10 jours d’absence, tu perds 6h.
Réponse de la direction : NON !

La Fête de la Madeleine : la CGT revendique le maintien de cette fête supplémentaire.
Réponse de la direction : NON !

Congé maternité et impact sur la carrière : la CGT revendique que la note ne doit pas être gelée lors de l'absentéisme lié à la maternité (il existe une jurisprudence).
Réponse de la direction : OUI

Paiement des heures supplémentaires : La CGT revendique le paiement pour des agents à repos variables et à repos fixes.
Réponse de la direction : NON !

Vous pouvez constater que c’est dans l’intérêt de tous les agents que la CGT porte ces revendications.

Si nous n’avons pas siégé au CTE du 29 novembre, c'est parce que les négociations n’ont pas abouti sur les points  essentiels,
quelques gains à la marge ne faisant pas le compte ! Trop c'est trop !!!


Il n’est pas question d’accompagner, comme d’autres, le directeur dans cette politique antisociale. Pour autant, vous pouvez vous faire une saine idée de l’engagement de la CGT à l’hôpital Montois.

La CGT appelle à un rassemblement  du
personnel hospitalier,
le mardi 29 novembre à partir de 9h devant l'administration, site de Layné.


En effet, le directeur attaque le protocole local des 35h en annonçant la suppression de 2 RTT en 2017.
Les représentants du personnel, ayant voté contre à l’unanimité au CTE du 09 novembre 2016,
sont convoqués à nouveau le 29 novembre 2016 à 9h.
hopital de mont de marsan et baisse des effectifs - rtt

La CGT avait déposé un préavis de grève le 16 novembre.
Il  a permis d’organiser 2 réunions de négociations qui n’ont abouti à rien,
puisqu’en fait le directeur a refusé de négocier sur les points majeurs.
C’est pour cela que la CGT ne siègera pas le 29 novembre et qu’elle a déposé un nouveau préavis de grève.

En effet, Ces nouvelles règles imposent aux agents hospitaliers de faire le même travail en moins de temps.
Ce sera pire en 2018 puisqu’il est annoncé la suppression de 3 RTT.

Cela veut donc dire pour les personnels encore plus d’heures supplémentaires au détriment de la vie privée.

A cela s’est ajouté en 2016, la  suppression du férié local  dit « Fête de la Madeleine ».
 
Au final, alors que les plannings sont déjà difficiles à supporter à cause du manque d’effectifs et des rappels fréquents sur les repos, les personnels vont accumuler encore plus de fatigue.

Imaginez que pour la majorité d’entre nous, nous ne pouvons même pas choisir nos jours de RTT ;
ils sont la plupart du temps imposés, ce qui encore une fois pénalise l'organisation de notre vie privée.
Cette dernière est d’ailleurs largement amputée par les heures supplémentaires que nous effectuons avec dévouement.

Sachez que la direction de l'hôpital de Mont de Marsan est redevable à ses agents de
128 000 heures (heures supplémentaires, compte épargne temps et RTT non pris).
Ce qui correspond à environ 80 emplois sur l'année.

En guise de reconnaissance, la direction refuse de maintenir un nombre décent de RTT, refuse de payer les heures supplémentaires,
refuse de reconnaître certains accidents et maladies professionnelles liés à l’épuisement professionnel des agents…….

La CGT estime que les usagers sont en droit de connaître la réalité du travail à l’hôpital.
La CGT  les invite donc à rejoindre le rassemblement le 29 novembre afin de demander des moyens pour un hôpital public de qualité.

Depuis le 26 janvier 2016
la « loi de modernisation de notre systéme
de santé » dite loi Santé est entrée en vigueur.
Son objectif est d’adapter notre système de santé
à la politique d’austérité
des services publics de santé.

 

Aux politiques de santé viennent s’ajouter les plans d’économies mis en place depuis des années, qui, au motif de réduction des déficits, détruisent progressivement l’ensemble du système hospitalier public et la Sécurité Sociale pour les livrer aux appétits des marchands de santé que sont les grands groupes financiers privés.

Les infirmier-es, tout comme les technicien-es de laboratoire, psychologues, éducateur-trices spécialisé.ee, manipulateur-trice.s en électroradiologie médicale, cadres de santé, personnel administratifs, technicien-nes hospitalier-es et technicien-nes hospitalier-es supérieurs, orthophonistes, aides-soignant-es … Veulent exprimer leur saturation d’un exercice toujours border line.
 

Les personnels se réunissent et s’organisent pour exiger les moyens de remplir leurs missions et d’exercer leur métier dans de bonnes conditions, que ce soit en médecine, en chirurgie, en psychiatrie, dans les maternités... Nous continuons à subir des remises en causes régulières des reconnaissance de la pénibilité. Depuis 2010, la profession infirmière n’est plus pénible.

La CGT revendique que la profession IDE soit reconnue en profession pénible avec reconnaissance en catégorie active.

Les syndicats, les services sociaux du personnel, les services de santé au travail sont sollicités par des professionnel-les dont la souffrance psychologique, souvent silencieuse et signe de défenses psychiques élaborées, est invisible. Cette souffrance va parfois jusqu’à la décompensation extrême, comme cela s’est produit trop souvent depuis quelques mois.
Pour rester « debout », des postures professionnelles sont adoptées, allant à l’encontre de la dimension émancipatrice de notre travail.


NOUS SOMMES EXCÉDÉ-ES :

Par des journées d’un travail intense avec des effectifs en berne,

Par un salaire déconnecté de la reconnaissance de la technicité des actes que nous prodiguons et des risques qu’ils induisent,

Par l’appauvrissement des plages de réflexion collective sur le contenu professionnel qui veut nous orienter vers une conception productiviste et marchande du «prendre soin».

La CGT a des solutions, comme celle de supprimer la taxe sur les salaires que nous sommes les seuls à payer à l’Etat et qui permettrait de créer 75 000 emplois dans les hôpitaux publics.
ASSEZ DE DISCOURS ! AUX ACTES CONCRETS ! NOUS NE VOULONS PLUS PERDRE DE COLLÈGUES A CAUSE DES INSSUFFISANCES DE MOYENS.

Centre Hospitalier Mont de Marsan - CGT Santé


Pour toutes ces raisons, les professionnel-les répondrons plus nombreux à la mobilisation de la Fédération CGT de la Santé, le 8 novembre 2016 à Mont-de-Marsan :

*** Rendez-vous à 14h devant l'ARS ***

 

 

Devant l’entrée de l’HÔPITAL,

TOUS ENSEMBLE LE 26 JANVIER 2016 !!!

RDV à partir de 9h30, rue Pierre de Coubertin pour le DEPART de la Manif

A l’Hôpital de Mont de Marsan, une forte mobilisation nous permettra d’exiger :

Le maintien des bonifications 2015

Le remplacement de tous les postes vacants (ex : le poste de la gestion des carrières à la DRH, non remplacé depuis août 2014…)

Le respect du protocole local des 35h, appliqué sans réserve jusqu’alors.

Le 26 janvier 2016, les organisations syndicales appellent les salariés des 3 Fonctions Publiques à faire un temps fort de mobilisation par la grève et les manifestations pour :

Une augmentation significative de la valeur du point d’indice,

Le maintien des bonifications permettant une évolution de carrière et donc de limiter la perte de pouvoir d’achat,

Des moyens budgétaires à la hauteur des besoins d’un service public de qualité,

La défense d’un service public de proximité garant de la cohésion sociale,

La lutte contre la précarité dans la fonction publique.

  •  
  • GREVE EN FRANCE, MAIS AUSSI DANS NOTRE ETABLISSEMENT - CENTRE HOSPITALIER DE MONT DE MARSAN
    La CGT demande de se mettre réellement autour de la table et de pouvoir négocier de façon plus sereine.
    La gestion du temps de travail imposée en 2016 par la Direction, c’est :

  • La  disparition de la forfaitisation des 28 CA : pose de 25 CA,
    les 3 restants étant possibles qu’en cas de respect des principes de fractionnement et congés d’hiver,

    La remise en cause du Férié de la Madeleine ainsi que du temps de pause et de repas,

    La perte d’1 RTT tous les 11 jours d’absentéisme(au lieu de 13 jours jusqu’en 2015) : garde d’enfants malade,  maladie, AT, maladie professionnelle,

    La perte d’1 droit pour tous les agents, afin de rendre la journée de Solidarité alors qu’elle est incluse dans les 7h45,

    La perte d’1 Repos Compensateur si l’agent travaille moins de 20 dimanches et jours fériés,

    La journée d’arrêt maladie est décomptée en 7h au lieu de 7h45 (1/5ème de l’obligation hebdomadaire de travail).

  • cgtchmdm

     

     

     

    Pour plus d'information :

    votre permanence CGT Santé

Bonjour à toutes et tous.
Merci d’être venus si nombreux à l’appel d’une intersyndicale pour une fois unanime.

Merci également aux collègues d’autres établissements landais venus apportés leur solidarité.
Après un peu plus d’une année de présence, notre nouvelle Direction tombe le masque.

Une réorganisation au pas de charge dont la cohérence nous échappe. Il est loin le temps des promesses de maintenir les avantages acquis des personnels montois.

Mais de semaine en semaine, de mini décisions en mini décisions, ils sont tous remis en cause.

Un étrange dialogue social se met en place :
 

1 JE DECIDE - 2 J’APPLIQUE - 3 JE CONSULTE


Et encore, l’information tient lieu de consultation. Le dossier des CAP qui nous a réunis ce jour a suivi ce chemin.
En septembre le Directeur a tout au plus présenté des intentions pour de futures négociations.
Mais en décembre il applique unilatéralement une décision sans négociation.

Malgré une hausse d’activité de 7 %, la recherche d’économie de la part de notre directeur ne semble que commencer.
 

Nos salaires, avec un point d’indice gelé depuis 2010, n’augmentent plus ; les bonifications étaient la seule manière de gagner un minimum de pouvoir d’achat.

Donc, tout en tentant de diviser les organisations syndicales, en désignant les bons et les mauvais élèves et en essayant de les isoler du personnel
comme en témoigne le courrier joint à vos bulletins de paye, la Direction spolie vos droits.

Mais ne soyons pas dupes, il s’agit là d’une attaque en règle contre tous les agents de la fonction publique hospitalière initiée par le gouvernement.
Nos collègues de Charles PERRENS viennent de subir la même attaque et ont contraint leur Directeur à reculer.
 

En 1793, la monarchie a été guillotinée, mais nous continuons à être traités comme des gueux.
On va devoir bientôt s’excuser d’être payés pour notre travail. Les économies sur notre dos semblent ne pas avoir de limite !
Le personnel (je propose : l’hôpital public) est une richesse : qu’on se le  dise !
Alors les gueux vont reprendre les fourches et les pics de la lutte pour leurs droits.
Nous exigeons des salaires à la hauteur de nos savoirs et savoirs faire, de notre engagement sans faille au service des citoyens comme nos collègues  l’ont encore une fois de plus démontré,
à Paris, dans l’horreur des attentats.

 

Les agents en ont assez de voir leurs conditions de travail se dégrader au fil des mois, assez de faire des sacrifices, marre de se faire saigner !

Nous ne nous laisserons pas dépouiller ; tous ensemble nous réussirons à imposer nos légitimes revendications.
ASSEZ DE SUBIR, IL FAUT AGIR !

L’intersyndicale vous invite à tenir bon.
Mais nous devons décider ensemble des formes à donner à la poursuite de l’action.


 

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA DIRECTION DU 7 DECEMBRE 2015

 

Il y a des économies possible autre que sur les salaires des agents !

cgtchmdm

 

 

 

Pour plus d'information :

votre permanence CGT Santé

 

 

Nos rendez-vous

Aucun événement

Les 3 dernières infos

Les derniers tracts